alexametrics
Dernières news

A l’approche du remaniement : La FTAV et la FTRT adressent une lettre ouverte à Chahed

A l’approche du remaniement : La FTAV et la FTRT adressent une lettre ouverte à Chahed

 

Les deux fédérations professionnelles du tourisme, la Fédération tunisienne des agences de voyages et la Fédération tunisienne des restaurants touristiques, ont rendu public un communiqué datant de ce lundi 22 octobre 2018, afin de solliciter l’attention du chef du gouvernement sur le profil du futur détenteur du portefeuille du Tourisme.  

 

A la veille d’un remaniement ministériel qui devrait concerner selon toute vraisemblance le département du Tourisme, et face aux défis qui attendent le secteur, ces fédérations estiment « qu’il est fondamental que le ministre du Tourisme qui sera nommé soit immédiatement opérationnel afin de prendre à bras le corps les principaux dossiers dans lequel le secteur est engagé ».

 

La FTAV et la FTRT soulignent aussi que dans une conjoncture marquée par une reprise nette des marchés émetteurs traditionnels, « la destination Tunisie ne peut se permettre aucun ralentissement ni aucun balbutiement ».

Le souhait de la profession est aussi que le tourisme soit érigé en secteur stratégique eu égard à son rôle de levier économique apte à entraîner dans son sillage tous les autres secteurs d’activité du pays.

 

Enfin la FTAV et la FTRT soulignent qu’elles se tiennent hors de toute influence partisane et qu’elles placent toute leur confiance en la présidence du gouvernement qui saura faire le meilleur choix pour le bien de la Tunisie en général et de son tourisme en particulier.

 

Le chef du gouvernement devrait annoncer cette semaine ce remaniement. D’après les informations recueillies par Business News, sept départements sont concernés à savoir le Tourisme, les Finances, le Commerce, l’Industrie, la Justice, la Santé et l’Equipement. Le secrétariat d’état à la diplomatie économique serait également touché par le remaniement.

 

D’après communiqué

Sur le même sujet: 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

observator
| 23-10-2018 12:48
Un secteur privé doit se démerder tout seul surtout le touristique.
En Tunisie tout est fait à l'envers pourquoi ?.
Parce que la minorité régionaliste qui a géré le pays depuis 1956 a crée une économie taillée pour elle .
On crée des secteurs non rentables et puis on se sert dans les caisses de l'Etat pour le soutenir et ainsi s'enrichir illégalement.
Si on fait un vrai diagnostique du secteur touristique tunisien depuis sa création on va se rendre compte de l'ampleur de désastre.
Un secteur qui a englouti des sommes énormes et n'a jamais été rentable. La minorité ne laisse faire aucune étude sérieuse dans ce sens.
C'est une vache à lait pour ces corrompus qui font saigner l'Etat et donc notre pays nous Tunisiens.
Ce secteur est cinq fois plus endetté ( notre argent ) que l'agriculture avec une différence énorme, la dette agricole est prélevée à la source. C'est à ,dire que le paysan endetté vend sa récolte à l'Etat bien sure il doit passé par la BNA pour se faire payer qui procédera à la retenue du principal et de l'intérêt échus.
Alors que les Hotels ( le tourisme chez nous c'est un ensemble d'hotels.. ) sont des sociétés anonymes donc commerciales et si celles ci ne payent pas leurs dettes, la banque ( l'Etat nous) ne peut récupéré son argent qu'en passant devant le juge ( règlement judiciaire).
Et le chantage des hôteliers commence avec l'emploi ..etc..

Ce secteur nous a privé en grande partie de développement économique aujourd'hui.
La minorité a crée des secteurs sans valeur ajoutée sans création véritable de richesse pour le pays en général a privé d'une économie basée sur le travail et la création de richesse pour l'ensemble des Tunisiens et des régions.
Aujourd'hui nous payons la note salé et nos enfants à l'avenir vont trouver un pays en ruine complètement en déphasage par rapport au autres pays du monde et surendetté.

Leur demande aujourd'hui au gouvernement va en droite ligne vers ce que j'ai écrits.
Il demande à l'Etat de faire le travail à leur place .
Ils sont habitué comme ça depuis 60 ans.
Ils ne peuvent pas compter sur eux même d'abord, ils sont incapables ils ont toujours été habitués à l'assistanat, puiser dans les caisses de l'Etat et leur lobby est le plus puissant..
Corruption oblige.

Tazarki
| 23-10-2018 12:46
il vaut mieux avoir une profession forte qu'un secteur politisé, ça libère les initiatives et les risques de baisse d'activité sont moindres

takilas
| 23-10-2018 09:24
Tout est pour leurs intérêts et gains personnels, sinon ils utilisent leurs coutumiers chantage, milices et sabotage.

ali
| 23-10-2018 07:57
toute cette propagande est organise par le president sortant med ali toumi qui passe par un vide politique ...au niveau de la ftav il n est plus ....la partie albadil dodo ...soif de prese et apparition mediatique ...et la preuve c est lui qui a nomme son successeur a la tete ftav et il le dirige a distance ....le ministre de tourisme doit etre un homme sage diplomat ...et homme de confiance ayant un grand parcours de tourisme ou autre secteur ...je prefere qu il soit de l hotellerie ...c est une autre dimension

TH
| 23-10-2018 07:14
De toutes façons,le futur Ministre qui sera désigné, ne sera là que pour 6 ou 7 mois si les élections présidentielles de tiendront dans les délais décidés.
Que ce soit Slim Azzabi ou Zohra Driss,le temps de comprendre,et il ,ou elle ,serait appelé à céder encore une fois le ministère.
La FTH et la FTAV ont bien raison de rappeler au Premier ministre la nécessité de nommer une personne qui connait le secteur et ses problèmes afin d'être immédiatement opérationnelle.
La basse saison est là,et la saison 2019 est déjà engagée avec de bonnes perspectives qui devraient confirmer les réalisations de 2018.

A lire aussi

L'avocat Ridha Raddaoui, membre du comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi,

18/11/2018 17:40
1

Le ministre de l’Education, Hatem Ben Salem a assuré, ce samedi 17 novembre 2018, qu’il faut

18/11/2018 14:17
4

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi a indiqué dans une déclaration rapportée, ce

18/11/2018 11:36
3

Le secrétaire général de Machrouû Tounes, Mohsen Marzouk a indiqué, ce samedi 17 novembre 2018, à

18/11/2018 09:00
8

Newsletter