alexametrics
A la Une

Avant de partir, Sihem Ben Sedrine brûle la terre !

Avant de partir, Sihem Ben Sedrine brûle la terre !

 

La décision prise par l’Instance Vérité et Dignité quant à un nouveau procès à l’encontre de l’ancien ministre de l’Intérieur sous Ben Ali, Ahmed Friâa, a déclenché une vague d’indignation de toutes les personnalités l’ayant côtoyé. Jugée humiliante, abjecte et contre toute bienséance, retour sur une décision qui colle à la démarche coutumière de cette instance.

 

La politique de la terre brûlée, Sihem Ben Sedrine, présidente de l’IVD en connaît quelque chose. La décision d’intenter un nouveau procès contre Ahmed Friâa en exerçant une action publique en témoigne. C’est dire que ce nouveau procès a été établi par l’instance sur les mêmes faits à la base desquelles il a déjà été jugé et bénéficié d’un non-lieu par la justice militaire.

Cette décision, aussi controversée, soit-elle, a été prise à quelques semaines de la fin définitive de la mission de l’instance, bien que plusieurs observateurs estiment qu’elle a déjà pris fin depuis le 31 mai 2018, conformément au vote de l’Assemblée des représentants du peuple. La prolongation jusqu’au 31 décembre s’inscrit, uniquement, dans le cadre d’un accord établi avec le gouvernement, afin de permettre à l’IVD de liquider ses affaires courantes, clore ses dossiers et rédiger son rapport final.

 

Or, et contrairement à toute convenance, l’IVD décide un nouveau procès contre Ahmed Friâa, remettant en cause une décision de justice. Une justice post révolution qu’on ne peut accuser de connivence.

En effet, intenter une action publique sur la base des mêmes faits reprochés à l’ancien ministre est une remise en cause et une humiliation à la justice militaire. Et c’est cette même justice qui aura la charge de réexaminer l’affaire.

Il est, également, bon de rappeler qu’Ahmed Friâa a bénéficié d’un non-lieu à deux reprises à la suite d’une plainte déposée par un groupe d'avocats en mars 2011, demandant sa poursuite pour homicide volontaire à la suite des événements du 13 janvier 2011. Il fût auditionné par le juge d’instruction auprès du tribunal de première instance de Tunis le 17 mai. Il est acquitté, le 13 juin 2012 pour son rôle dans la répression de janvier 2011 à Thala et Kasserine, puis le 19 juillet, dans le plus grand procès des martyrs et blessés de la révolution, ceux du Grand Tunis et de cinq autres gouvernorats.

 

Outre le fait qu’il soit acquitté par la justice militaire tunisienne, la renommée internationale et la compétence reconnue à l’échelle mondiale d’Ahmed Friâa ne sont plus à démontrer. D’ailleurs, fidèle à sa réputation, il a déjà a présenté au chef de l’Etat en septembre 2017, un projet qui consiste à investir dans les énergies renouvelables dans le domaine du dessalement des eaux, dans la région du Sud du pays. Un projet permettant d’ouvrir des horizons pour l'emploi des jeunes chômeurs autant que pour l’investissement dans les nouvelles technologies de la communication.

 

Ainsi, une vague d’indignation, contre la décision de l’IVD, et de solidarité avec l’ancien ministre, dont l’exercice n’a pas excédé les 24 heures, a vu le jour d’une manière aussi spontanée que sincère. Hommes politiques, personnalités nationales et partis politiques, ont dénoncé cette décision.

Les partis NidaaTounes, Machrouû Tounes ainsi que le bloc de la coalition nationale ont publié des communiqués soulignant que la mission de l’IVD a, déjà, pris fin, et ce, depuis la décision de l’Assemblée des représentants du peuple. De ce fait, ils considèrent que l’instance agit, désormais, dans l’illégalité. Nidaa Tounes a, de plus, tancé l’accord conclu avec le gouvernement, quant à la prolongation de sa mission jusqu’au 31 décembre 2018, tout en estimant que cette décision de l’Instance Vérité et Dignité constitue une violation flagrante du droit comparé et des conventions internationales dans la mesure où l’on ne peut juger à deux reprises quelqu’un pour la même affaire.

Dans le même ordre d’idées, des organisations nationales ont rejeté cette décision à travers un communiqué publié conjointement par les représentants de l’Utica, l’UGTT et l’Utap à Zarzis, affirmant leur soutien total à M. Friâa. Les représentants des trois principales organisations nationales ont exprimé leur étonnement du fait que ces mesures coïncident avec le démarrage de son projet de développement dans la région.

 

Sans parler des autres personnalités politiques et nationales qui ont réagi et commenté cette décision, estimée aberrante et honteuse et qualifiée de grosse erreur. On citera, en l’occurrence, le témoignage de Ahmed Néjib Chebbi, la déclaration de Mabrouk Korchid ou encore l’indignation de Moez Joudi qui ont dénoncé un pareil traitement humiliant des scientifiques : « Le tribunal militaire a déjà complètement blanchi Si Ahmed Friâa. Continuer à s'acharner contre lui alors qu'il est sur le point de lancer le plus grand projet d'énergie renouvelable dans le sud tunisien, c'est vraiment scandaleux, c'est même une HONTE pour ce pays! », s’indigne l’expert économique.

Pour sa part, l'avocat et l'ancien ambassadeur, Samir Abdallah a pris l'initiative de mettre en place un comité de défense en faveur de Ahmed Friâa. Le juriste et diplomate a considéré qu'il est inadmissible de juger une personne deux fois dans la même affaire, soulignant par la même occasion la compétence de M. Friâa et tous les services qu'il a rendu au pays durant sa carrière.

 

En tout état de cause, force est de constater que rares sont les instances qui ont réussi à faire se liguer une telle majorité contre elles. Sihem Ben Sedrine, avec sa prise de décision unilatérale et illégale, a réussi cette triste prouesse contraire aux principes élémentaires de toutes les juridictions et des droits de l’Homme.

Une fois sa mission terminée, il serait judicieux de procéder à une évaluation objective de sa mission à la tête de l’IVD et de tout le mal qu’elle a fait au pays dans le sens où au lieu de réconcilier les composantes de la société entre elles, cette Instance a, plutôt, tout mis en œuvre pour diviser les Tunisiens et attiser les rancœurs. L’Histoire n’oubliera pas et, surtout, ne pardonnera pas à tous ceux qui ont nui à la Tunisie.

 

Sarra HLAOUI

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (22)

Commenter

eshmoun
| 24-10-2018 15:21
certains animaux par exemple les loups , marquent dit-on- leur territoire en y répandant leur urine ; ici c'est une minable crotte déposée par une hyène(prédateur de cadavres) dans un océan de fumier...bonne semailles quant à la moisson ....

Lotfi Tirellil
| 24-10-2018 07:44
C'est pas pour rien que tu signes Bagr'Allah fi Zaar3'Allah : il y a des noms, et même des sobriquets, qui sont prédestinés!

Bagr'Allah fi Zaar3'Allah
| 23-10-2018 21:55
OK B Sédrine s'en va , bien ! on brule tout , on ne laisse plus de trace , et reprend nos vieilles habitudes héritées des Beys et des mamelouks ..... le vente bien rempli , les poches et les comptes aussi , on regarde le petit peuple , cette poussière d'individus , mendier , voler , lecher les bottes , s'entretuer ...Contents n'est-ce pas ?

Larry
| 23-10-2018 18:00
Votre tour viendra (sous peu) de régler VOS casseroles devant les tribunaux.
Nul n'est au dessus des lois. Rira bien qui rira.......

observator
| 23-10-2018 17:37
Je ne m acharne pas contre Friaa mais de l exploitation dont est le fait que l IVD l attaque en Justice.
D accord avec vous sur le fait que il y a d autres personnes pires et qui ne sont pas inquiétés.
Quand on est un homme de science on n a pas besoin de faire le barbouze pour un régime qui réprime son peuple.
Il n est pas fou pour avoir accepté de servir un régime repressif dans les pires moments.
Est ce que l honneur de ce monsieur vaut plus que le sang de tous ces jeunes délaissés pour compte qui ont eu le tort de défendre leur condition humaine.
Quand à la Justice accordez lui le bénéfice du doute puisque elle a déjà acquitté par deux fois ce Friaa par le passé.
Bien à vous

Mansour Lahyani
| 23-10-2018 17:27
Mais, au fait, cette SBS, qui est-ce ? et quels sont ses attributions ? Mabrouk Korchid est allé jusqu'à lui reconnaître le "droit" de rejuger Friaa, tout en le regrettant ! Vous n'hésitez pas, à votre tour, à parler sans ambages, d'une "décision" prise par l'IVD quant à un nouveau procès !!! Il me semble que cette façon de présenter les choses est quelque peu abusive : je veux au moins le regretter à mon tour!

J.trad
| 23-10-2018 17:00
Le ministre de l'intérieur ,aurait payé cher ,s'il avait laisséla situation s'embrazer, il y avait le risque que les casseurs sauvages ,brûlent la capitale ,ils n'auraient pas reculer à voler,casser brûler ,et tuer même ,la foule était incontrôlable ,beaucoup de citoyens auraient étés victimes ,le nombres des victimes aurait été très élevé ,et la faute incomberait ,au ministre de l'intérieur, on parle d'un grand nombre de mort(tués par l'armée) les foules déchaînée ,sont difficile à stopper ,on ne peut que dire (tji tloum te3dher) le ministre s 'est trouvé entre deux choix difficiles ,comme entre deux feux ,(Allah la y3awid 3lina kawarith,).

mestiri
| 23-10-2018 16:15
Sur le bûcher cette sorcière !

Lekkteur
| 23-10-2018 16:07
Ils se sont approprié deux valeurs morales importantes comme Vérité et Dignité et l'ont utilisé contre la Tunisie et contre le peuple qui aspirait à la Vérité et à la Dignité. C'est la progéniture de Karl Marx, un homme raciste et plein de haine.

Je cite le gourou de la gauche communiste socialiste et libérale Karl Marx, dans un extrait d'une correspondance entre lui et son ami Engels en 1862 où Marx fustige le socialiste allemand Ferdinand Lassalle et le traitre de nègre juif.

Je cite:
Londres 30 Juillet 1862
« Le Nègre Juif Lassalle ... part heureusement à la fin de cette semaine ... Il est maintenant absolument clair pour moi que, comme le montrent la forme de sa tête et la texture de ses cheveux, il descend des Negros qui ont rejoint le départ de Moïse d'Egypte (à moins que sa mère ou sa grand-mère paternelle ne s'est hybridée avec un nègre). Maintenant, cette combinaison de germanité et de judéité avec une substance principalement noire crée un produit étrange. Le caractère pressant de ce type ressemble également à un nègre. »
Fin de citation.

Source: MECW Volume 41, p. 388; Edition 1913

1/raisonnable
| 23-10-2018 15:23
C'est grâce à Ennekba que cette vipère agit en toute impunité et en recommence elle a blanchi les barbares de de la confrérie qui ont conduit le pays dans l'enfer

A lire aussi

Le retour au protectionnisme, la forte disparité et concentration des revenus mondiaux, la

18/11/2018 15:59
2

La crise de l’immobilier n’est un secret pour personne. Alors que beaucoup de Tunisiens privilégient

16/11/2018 19:59
2

Les indicateurs économiques sont en nette amélioration, mais il faut poursuivre les efforts et

15/11/2018 19:59
0

Le paysage politique et partisan est en perpétuelle métamorphose. Le passage à l’Assemblée des

14/11/2018 20:13
10

Newsletter