alexametrics
Chroniques

Carthage Land 2, le retour

Carthage Land 2, le retour

Par Marouen Achouri

 

A l’heure où une majorité de Tunisiens se perdent en analyses et en commentaires sur le mariage royal ou sur l’intérêt de faire un feuilleton sur la vie d’un célèbre bandit, un autre feuilleton se déroule au palais de Carthage.

Des réunions et des commissions, des entrevues annoncées et cachées, une valse de visiteurs du soir, tout cela se passe au palais de Carthage et a pour principal objectif de changer le gouvernement. Changer le gouvernement parce que la carte politique a changé depuis les résultats des élections municipales et que l’on doit se placer idéalement dans l’optique des élections de 2019. Ne croyez pas les discours tonitruants sur l’intérêt supérieur de la nation et sur l’imminente sortie de crise. Il s’agit d’une guerre de positionnement où chacun use de ce qu’il pense avoir comme moyen de pression pour avoir le maximum possible d’influence sur l’exécutif. C’est en cela que la supposée exception tunisienne se trouve brutalement ramenée à ce que la politique peut avoir de plus vil et de plus bas.  

 

Tout ce beau monde se retrouve à Carthage Land pour jouer avec l’avenir d’un pays qui ne leur a rien demandé. Chacun d’eux pense détenir la vérité et avoir la solution pour le pays. Une solution biaisée évidemment parce que chacun voit l’intérêt du pays depuis sa toute petite lorgnette. Et pour certains, l’intérêt du pays est viscéralement lié au leur. Prenez pour exemple le cas de Hafedh Caïd Essebsi qui a demandé aujourd’hui officiellement l’éviction de Youssef Chahed. En quoi le dérange-t-il ? Pourquoi, selon HCE, la sortie de crise ne peut se faire avec Youssef Chahed, ou bien c’est Youssef Chahed qui lui provoque des crises ? Et puis pourquoi évoquer ce sujet alors que le document n’est pas encore prêt ?

Autant de questions qui montrent, si besoin était, que sortir le pays de la crise ne dépasse pas le fait d’être un simple slogan, avec la variante du « goulot de la bouteille » chez Béji Caïd Essebsi. Lui, en tant que grand tenancier du Carthage Land politique, avait inventé une entourloupe pour pouvoir virer tranquillement Habib Essid, mais la même entourloupe risque de se retourner contre lui. Entre le fils politique et le fils biologique, BCE en perdra forcément un, et par conséquent il sortira perdant de cette nouvelle mascarade appelée document de Carthage 2.

 

Quand on détourne le cheminement démocratique en refusant d’assumer la responsabilité donnée par le peuple, quand on a assez de lâcheté pour tourner le dos à un moment d’histoire, on en paye forcément le prix. Quand on n’a pas le courage de décider et qu’on tente de noyer le poisson en consultant tout le monde, on perd sa crédibilité et la confiance des gens. Et donc, réunir tout le monde autour d’une table et prétendre sauver le pays et trouver des solutions en quelques semaines de discussions est non seulement irréaliste mais insultant pour l’intelligence du peuple.

 

Aujourd’hui, l’attention de ce petit monde déconnecté des réalités d’un peuple qui en a marre se focalise sur l’avenir de Youssef Chahed à la présidence du gouvernement. Hafedh Caïd Essebsi a annoncé la couleur en demandant expressément son départ. Il est à parier que les tractations futures tourneront autour de cette question sans interet. Qu’il reste ou qu’il parte, personne n’a de solution viable pour le déficit des caisses sociales, pour le glissement du dinar, pour le déficit de la balance commerciale, pour la réforme de la justice, pour la finalisation des instances constitutionnelles, pour l’éducation, la santé… Pire encore, on s’est mis dans une situation où même si l’on trouvait les solutions, on ne pourrait pas les mettre en place. Béji Caïd Essebsi a fait en sorte de court-circuiter les chefs de gouvernement et de s’arroger un pouvoir qu’il ne semble pas prêt à assumer tout seul. On doit se rendre à l’évidence et dire que l’accord de Carthage 1 et 2 ne sont que des moyens détournés de confisquer le résultat des urnes et de noyer les responsabilités dans l’immobilisme le plus total.

Alors que ce soit Chahed ou qui que ce soit d’autre, la situation de crise est structurelle et le blocage est perpétuel, tant qu’il faudra contenter tout le monde aussi bien dans les mesures que dans les nominations au gouvernement. Maintenant chacun voudra sa part et tentera d’élargir sa sphère d’influence, et le Carthage Land politique continuera de tourner, encore et encore.

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

kameleon78
| 26-05-2018 16:37
Toute cette histoire de Youssef Chaed c'est un complot fomenté à Carthage pour abattre le Chef de Gouvernement qui est un dangereux rival pour BCE dans l'optique de 2019. Les accords de Carthage 1, 2 ou 3 ou X? c'est pour faire diversion. Le but de la famille Sebsi c'est de détruire un "jeune loup" trop ambitieux qui casse les plans du patriarche de Carthage.

Vous croyez sérieusement que la famille Sebsi est prête à quitter le palais présidentiel l'année prochaine c'est à dire dans quelques mois? Le confort de Carthage, son armée de conseillers qui se retrouveront tous au chômage l'an prochain, ils seront difficiles à recaser, vous imaginez Ben Gharbia ou Ben Ticha reprendre une vie normale? Ils sont bien au chaud à Carthage, logés et nourris avec leurs familles. Vous imaginez le petit "Sebsi" avec toute sa Smala, redevenir un homme politique "normal" et renoncer à ses privilèges de fils du "Président"? Vous êtes naïfs.

La raison voudrait que Youssef Chaed reste jusqu'aux élections générales de 2019 afin d'assurer une stabilité vis à vis des "Organismes internationaux" bailleurs de fond de la Tunisie mais BCE avec l'aide de son fils le "petit Sebsi" et des autres "ennemis" (Ghannouchi et Taboubi) de YC "veulent sa peau", cela arrange la famille Sebsi confortablement installée à Carthage. Si on se débarrasse de YC, on le met hors jeu pour 2019 et la famille Sebsi repart pour 5 ans jusqu'en 2024.

Le pire dans cette affaire c'est que Ghannouchi joue les bons offices (médiateur) pour reconcilier la famille Sebsi avec YC alors que c'est un hypocrite, il jouit des malheurs du camps moderniste.

Conclusion : les vrais raisons de l'éviction de YC , c'est :
1. Dégager le gênant YC trop populaire aux yeux des tunisiens donc très dangreux pour les Sebsi.
2. L'implantation de la famille Sebsi à Carthage, une nouvelle dynastie pour la Tunisie après les Bey de Tunis. Il faut faire vivre toute cette PME de Carthage (des centaines de personnes), un état dans l'état et ce serait malheureux pour les Sebsi de renoncer à ce beau palais en 2019.

Zohra
| 24-05-2018 18:35
Pourquoi, ce palais maudit nous ramène-t-il des phénomènes ? Les gens sont tranquilles, raisonnables mais dès qu'ils rentrent dans ce palais, ils deviennent des cas !!!!!
Changez de palais SVP -
Laissez le juste en souvenir de Bourguiba

Tunisien libre
| 23-05-2018 23:48
Ni présidentiel ni parlementaire, un régime politique documentaire carthaginois !

DHEJ
| 23-05-2018 20:47
J'avais raison d'avoir qualifié YC de GAMIN!

HatemC
| 23-05-2018 18:43
Le regime bâtard parlementaire est la discorde ...
La Tunisie ne se retrouve que dans un régime présidentiel ... les islamistes nous imposent leur point de vue qui est contraire à nos valeurs ...ce qui engendre toutes les frustrations dont souffre les Tunisiens depuis 2011 ... et d'ailleurs le salut de ce pays est de se débarrasser de ce CANCER islamiste ... HC

A lire aussi

L’actualité de la semaine est passionnante. Non, elle n’est pas uniquement faite de la nouvelle

11/12/2018 16:59
8

Les débats parlementaires concernant la Loi de finances 2019 vont bon train. Il y a beaucoup à dire

10/12/2018 15:59
28

Ce qui différencie les patrons de leurs acolytes en politique, c’est que les patrons se ménagent des

09/12/2018 14:00
9

C’est une tautologie que d’affirmer que le passage de tout projet de loi de finances constitue une

06/12/2018 19:59
4

Newsletter