alexametrics
Tribunes

« Istoubihat Tounis »

« Istoubihat Tounis »

 Par Hédi Ben Abbes


Notre belle langue arabe recèle des trésors métonymiques qui, d’un substantif, un seul, peuvent convoquer tout un univers, résumer de manière performative tout une situation à la fois sociale, politique, économique et culturelle. Le verbe « istabaha » est un substantif qui recouvre plusieurs acceptions parmi lesquels : la transgression, la violation physique et morale, l’arrogance, l’immoralité, l’indécence, et bien d’autres sens qui indiquent l’absence d’éthique et de valeurs. Ce verbe s’utilise plus souvent pour indiquer « le viol d’une femme » et plus généralement, comment s’autoriser un interdit moralement condamnable. Ramené à l’échelle de tout une nation, cette violation revêt alors, plusieurs dimensions : politique, économique et éthique.

 

Les faits divers relatés régulièrement dans les médias nous apprennent, que plus d’une fois, des femmes se font violer dans les transports en commun, partout dans le monde, sous le regard indifférent des autres passagers qui se rendent ainsi complices de la violation de tous les codes et de toutes les valeurs. Aujourd’hui, nous assistons à de pareilles violations perpétrées contre la nation tout entière : « Istoubihat Tounis » !

« Istoubihat » politiquement par la mascarade quotidienne qui se joue dans notre parlement. Par la transgression des règles élémentaires de la démocratie en invitant les syndicats et les lobbies à la table politique. Par la transgression de la frontière qui sépare les pouvoirs et sans laquelle il ne peut y avoir de contre-pouvoir.

 

Un président d’une république - avec un « r » minuscule au vu de la violation des règles de la République- un président donc, en compagne pour son « parti » dont il a fièrement revendiqué la propriété faisant fi des règles élémentaires du fonctionnement des partis et de sa fonction présidentielle. Un « parti » qui n’a jamais fait son congrès et dont les pseudo-instances sont soumises aux « faits du prince ».

Aujourd’hui les photos du président fleurissent sur les murs et les banderoles de « bienvenue » à sa majesté flottent aux quatre vents avortant ainsi le rêve de voir disparaître le désastre du culte de la personne. Il est vrai que sa majesté est nostalgique et veut passer du mimétisme du président omnipotent à la concrétisation en essayant de façonner la Constitution à sa taille : « istoubihat Tounis » !

Un chef de gouvernement qui viole la circulaire qu’il a lui-même décrétée interdisant à son gouvernement de s’impliquer dans la campagne électorale. Il s’est empressé lui-même d’y participer ostensiblement, histoire de se rapprocher de sa « famille politique » maintenant qu’il subit les foudres des syndicats. N’ayant que son ambition personnelle en ligne de mire, il ne recule devant rien pour se frayer un chemin jusqu’à la présidentielle de 2019, dans une volonté farouche de concilier incompétence et ambition : « Istoubihat Tounis » !

Un parti islamiste, rompu au jeu des chaises musicales et de la versatilité, oscille entre post-modernisme allant jusqu’à reconnaître les droits des minorités sexuelles d’un côté et le retour aux fondamentaux de l’orthodoxie religieuse amalgamant le divin avec le nominale, histoire de renouer avec son fonds de commerce le temps d’une campagne électorale : « istoubihat Tounis » !

Une ribambelle d’arrivistes de tous bords, se croyant plus malins les uns que les autres, financés par d’obscures « donateurs » courent derrière des électeurs potentiels, non pour leur vendre un projet pour la Tunisie mais pour les leurrer. Ils n’ont comme horizons que leurs petites personnes, qu’ils voient en haut de l’affiche tous les matins en se rasant : « istoubihat Tounis » !

Les larbins de l’ancien/nouveau régime, les adeptes de la servitude volontaire, les piliers de la dictature, les serviteurs des sept familles, un temps disparus sous terre, refont aujourd’hui surface pour donner des leçons de « démocratie » à un peuple désabusé : « istoubihat Tounis » !

 

Sur le plan économique, on a franchi le Rubicon en transgressant les règles élémentaires de gestion des affaires publiques. On a même entendu un membre du gouvernement dire que même si les finances publiques sont mauvaises, le pays va bien puisqu’il y a un 1.5% de croissance et 7% d’inflation et que le Dinar a perdu 22% en une seule année face à l’Euro ! Les comptes publics sont au noir, la Tunisie est sur toutes les listes noires, la solvabilité de l’Etat est remise en question, mais tout va bien : « Istoubihat Tounis » !

Les charlatans, les faux experts, les voyous en col blanc, disséminés sur les plateaux et sur les ondes professent des sciences dont ils ignorent les règles élémentaires, proférant des mensonges mythomaniaques dont ils sont seuls à croire et malgré cela, leur parole a gagné en autorité : « istoubihat Tounis » !

 

Quant à la violation des règles éthiques, rien que d’y penser, on est tout simplement saisi d’effroi. Des colis postaux, des cartons de marchandises, des valises de voyageurs autant de propriétés et d’espaces privés violés et volés sans qu’il y ait la moindre indignation, sans même parler de sanction. La corruption à tous les étages et dans tous les secteurs et chaque jour les frontières de l’indécence sont poussées de plus en plus loin, mais à part ça, tout va bien Mme La Marquise : « istoubihat Tounis » !

On a ainsi perdu l’essentiel, à savoir : notre capacité de nous indigner, d’être choqué, scandalisé par ce qui se déroule sous nos yeux chaque jour, chaque heure, chaque instant. Quand la frontière entre la civilisation et la décadence devient poreuse, quand les incivilités, la corruption, la saleté physique et morale, la tricherie, ne mobilisent aucun sentiment d’indignation, quand tout cela s’infiltre chaque jour un peu plus dans les mœurs et les comportements, alors il n’y a plus rien à attendre d’un système aussi anachronique et aussi destructeur : « istoubihat Tounis » !

 

S’il nous reste une once de dignité, une étincelle de conscience, un petit bout de fierté, un brin d’espoir dans l’avenir, nous devons nous abstenir de choisir entre Peste, Choléra et maintenant, l’Ebola ; entre Charybde et Scylla. Il est temps d’aller chercher les vraies valeurs chez les personnes de valeur. Il nous faut être vigilant et ne pas tomber dans le piège, ni du « vote utile » ni du vote « idéologique », ni du faussement révolutionnaire, et faire attention aux fausses listes indépendantes.

Le véritable vote utile est celui qui privilégie le rétablissement de la ligne de démarcation qui sépare les pouvoirs, la décence de l’indécence, l’amour du pays de l’amour de soi, la compétence du charlatanisme, le sens de la responsabilité de l’indifférence.

 

Si cette fierté, cette conscience, cet amour existent encore, il faut alors voter pour celles et ceux chez qui on peut reconnaître ses qualités indispensables à la prise de responsabilités publiques. Compétence, éthique, et patriotisme sont les antidotes contre tous les maux qui rongent notre nation, pour que plus jamais on dira : « istoubihat Tounis » !

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (14)

Commenter

Imad
| 02-05-2018 19:07
Je n ai rien a ajouter,la majorite ecrasante des citoyens tunisiens sont decus de la gouvernance mediocre et du locataire du palais de Carthage qui nous a trahis.Ils se sont meme permis de refuser de voter la loi instituant la cours constitutionnelle.
Aujourd hui toute une page du journal Allemand BILD a ete reservee a une declaration de Mehdi Ben Gharbia qui a accepte de recevoir en Tunisie le terroriste tunisien ex Garde du corps de Oussama Ben Laden ,contrairement a la decision du tribunal de Berlin qui a refuse l expulsion du terroriste Tunisien d Allemagne.....

naanaa
| 02-05-2018 09:45
Nous vivons les conséquences de la mauvaise gestion du pays par la TROIKA et en particulier le TARTOUR *** qatari

drbmn
| 02-05-2018 09:25
Une Description Juste et du bien fait

déja-vu
| 01-05-2018 21:44
Les retourneurs de vestes de tout acabits, les sans-patrie qui muent et hisse le drapeau du jour, aux couleurs du jour. Les sans-scrupules, les chaméléons champions du camouflage et du nuage d'encre. Les lèche-bottes des escrocs et des larves nécrophages, les vautours qui planent au dessus de la bête agonisante en attendant sa fin imminente pour se départager sa carcasse! : « istoubihat Tounis ».

Trop Tard!
| 01-05-2018 21:09
"Tirer quelque chose par les cheveux" a le sens de "forcer". On dit qu'un raisonnement est "tiré par les cheveux" lorsqu'il ne semble pas "fluide" et qu'il paraît compliqué ou peu logique.

Je suis désolé de vous le dire, mais votre raisonnement est vraiment "tiré par les cheveux"!

DHEJ
| 01-05-2018 20:40
...

Yaqdhan
| 01-05-2018 20:25
Le malheur tunisien vient aussi de l'"à peu près", de l'imprécision et du manque de rigueur dans tous les domaines. Il vient de notre ignorance ou plutôt de notre « fausse connaissance ». Vous en voulez une preuve et bien relisez-vous ! je ne parle même pas des fautes et des formulations plus qu'approximatives tout le long de votre texte'?' je me limiterais à vos deux premières phrases où vous semblez avoir mobilisé votre expertise et votre science linguistiques.
1. « Notre belle langue arabe recèle des trésors métonymiques qui, d'un substantif, un seul, peuvent convoquer tout un univers, résumer de manière performative tout une situation à la fois sociale, politique, économique et culturelle. » : comme vous le signalez dans la phrase suivante, ce que vous appelez pompeusement « trésors métonymiques » ne sont rien d'autres que des acceptions et donc il s'agit tout bêtement de sens polysémiques. Et lorsque vous attribuez de la « performativité » à ces mêmes trésors, vous vous trompez lourdement car la performativité n'existe qu'en discours, dans des énoncés.
2. « Le verbe « istabaha » est un substantif qui recouvre plusieurs acceptions parmi lesquels : la transgression, la violation physique et morale, l'arrogance, l'immoralité, l'indécence, et bien d'autres sens qui indiquent l'absence d'éthique et de valeurs. » : nous assistons là au summum de l'expertise : le verbe'?', écrivez-vous, est un substantif !

Jilani
| 01-05-2018 20:08
Marzouki a humilié le poste de président. BCE l'a rendu un poste de *** et de renard ou tout est permis pour asservir les Tunisiens et les traiter comme esclaves de cette aristocratie. Mais il a oublié que la Tunisie ne se limite pas à la banlieue nord et des gens nantis. Il faut aller voter pour les gens sincères et démocrates et non pour les rcdistes et islamistes qui continuent à ruiner ce pays.@hedi Abbes vous êtes complices de cette situation et vous n'avez pas fait votre mea culpa.

Forza
| 01-05-2018 20:07
La Tunisie n'est pas un butin de guerre pour qu'on parle d'istibiha. Je partage l'avis sur beaucoup de passages de cet article mais je pense que la critique de Youssef Chahed n'est pas correcte. Dans une démocratie parlementaire, il est normal du voir le Chef du Gouvernement et ses ministres participent dans la compagne de leurs partis. Vous pouvez constater ceci dans toutes les démocraties parlementaires. Merkel par exemple est chanceliere et députée CDU au parlement et elle fait la compagne pour son parti aussi pour les élections des laedners et les élections communales surtout lorsqu' s'agit des grandes villes. Maintenant le culte de personnalité, ce sont tous les opportunistes de l'RCD qui sont maintenant membres de Nidaa qui se comporte comme ils ont appris de Bourguiba et Ben Ali, kan hazan elkouffa.

Le déçu
| 01-05-2018 18:23
Je partage absolument les termes de ce texte et vous gratifie de toute ma consideration et espérant toutefois que vous avez définitivemet rompu avec les theses de votre premier mentor le tristement president provisoire post revolution

A lire aussi

Le monde d’aujourd’hui est caractérisé par une nouvelle fluidité bousculant l’ensemble des repères

18/10/2018 14:55
4

« Les révolutions ont besoin de liberté, c’est leur but, et un besoin d’autorité, c’est leur moyen.

14/10/2018 18:15
23

Il est temps pour la Tunisie de confirmer son rôle d'avant-garde au niveau régional en devenant

10/10/2018 08:00
10

Monsieur le Président de la République, qu’avez-vous fait du projet de loi vous proposant le mode de

20/09/2018 17:53
3

Newsletter