alexametrics
A la Une

Kerkennah, un bateau destiné à couler

Kerkennah, un bateau destiné à couler

« Est-ce que je prends le large ou pas ? » chantait le rappeur Balti dans sa chanson très populaire sur l’immigration clandestine. C’est la question à un million de dinars ou plutôt à quelques milliers de dinars pour beaucoup de jeunes Tunisiens. Les prix ne sont pas fixes, cela va de plusieurs centaines à quelques milliers de dinars. Tout dépend des embarcations sur lesquelles « on réserve ». Les conditions de la traversée varient d’une embarcation à une autre. La destination, elle, reste la même, l’Italie voisine, un eldorado miroitant, pour plein de jeunes qui préfèrent risquer leur vie, l’illusion d’un avenir meilleur.

 

65 personnes sont mortes lors du naufrage de l’embarcation qui a échoué au large des côtes de Kerkennah samedi, selon le bilan actuel. Un cataclysme pour le pays,  mais une goutte dans un océan de migrants clandestins qui prennent le risque de traverser la mer méditerranée pour rejoindre l’Italie tant convoitée. Si le récent naufrage a créé une véritable onde de choc dans le pays, plusieurs jeunes veulent encore partir aujourd’hui, influencés par les « récits de réussite » du voisin, ami d’enfance, cousin ou connaissance qui a « réussi à rejoindre l’autre rive » et a « trouvé un travail qui lui permet d’envoyer de l’argent à ses parents chaque mois ».

 

« Il faut du courage pour partir. Si l’occasion s’offrait à moi, je n’hésiterai pas, je partirai tout de suite », s’exprimait un jeune, hier, en commentant le naufrage de l’embarcation de Kerkennah. Pas de quoi dissuader les centaines de jeunes fascinés par la traversée et qui rêvent de partir, chaque jour. Le drame de samedi est loin d’être un cas isolé. En octobre 2017, 45 corps ont été repêchés par les garde-côtes depuis le naufrage d’une embarcation à Kerkennah qui transportait des migrants clandestins. 38 personnes ont pu être sauvées.

Kerkennah est un point de départ de choix pour les migrations. S’il n’est pas le point le plus proche de Lampedusa, il offre aux passeurs une certaine « impunité ». En effet, depuis deux ans, Kerkennah, située à 20 km de la ville de Sfax, est devenue un no man’s land sécuritaire. Les réseaux de passeurs, déjà bien installés sur place, ont pu travailler « à l’aise ». Le village de pêcheurs d’El Attaya, à 160 km au nord-est de l’île de Lampedusa, est le plus concerné. C’est de là que partent les petites barques de pêcheurs, discrètement, pour rejoindre au large les embarcations devant réunir plusieurs dizaines de migrants vers l’Italie.

 

L’immigration s’organise surtout par le bouche-à-oreille mais les réseaux sociaux n’y sont pas pour autant étrangers. Plusieurs pages sur le réseau social le plus populaire des Tunisiens, Facebook, proposent aux jeunes de prendre contact avec eux pour une « traversée », miroitant un avenir brillant. « Vous vivrez dans de beaux pays, aurez une nationalité et épouserez de jolies européennes à la peau blanche et aux cheveux d’or » voilà ce que propose l’une d’elles comme appât. Ajouter à cela, en plus et surtout, un salaire en devises. « Vous aurez droit à des allocations chômage. Chaque semaine, vos courses complètes seront gratuites, vous aurez droit au pain, à la viande, au fromage, aux légumes, au yaourt…. Les soins seront gratuits, les médicaments aussi. Vous logerez à un prix dérisoire et vous aurez droit à un salaire de près de 2500 euros si vous vous mariez et que vous avez un enfant », y lit-on aussi.

 

 

Derrière cette propagande, des Tunisiens qui ont « réussi leur coup » et qui postent sur la toile, racontent à leurs amis et familles, comment leur vie est devenue meilleure. « Ce sont vos droits, vos privilèges en tant que personne ».

 

 

 

Tous ne réussissent pourtant pas leur périple. Hier, mardi 5 juin, l’hôpital de Sfax s’est vidé petit à petit des familles endeuillées qui étaient entassées devant, il y a deux jours, chercher les corps de leurs enfants. Un spectacle éprouvant de dizaines cercueils transportés par les familles.

D’après les récits de survivants de la traversée, l’embarcation de Kerkennah était « partie pour couler ».Dans un enregistrement, l’un des survivants explique que deux embarcations étaient sorties en même temps dans la soirée du samedi 2 juin, jour du drame. L’un des deux bateaux était « destiné à être saisi par les autorités afin que le deuxième puisse arriver à destination ». « Il s’agit d’une diversion », explique-t-il. « L’embarcation était déjà endommagée et il était prévu qu’elle tombe en panne en pleine mer vu son état […] le capitaine a décidé de prendre le large contre les recommandations de son mécanicien qui lui a demandé de réparer d’abord son bateau l’alertant contre une catastrophe », explique la même source. L’embarcation finit par couler, entrainant au fond 65 personnes.

 

 

Un récit qui rejoint celui d’un autre rescapé, originaire de la ville de Bir Ali Ben Khelifa (gouvernorat de Sfax). Le jeune homme explique que les forces de l’ordre avaient empêché plusieurs jeunes de prendre le ferry de Sfax à destination de Kerkennah afin de les dissuader de prendre le large une fois arrivés dans l’archipel. « Plusieurs autres ont réussi à prendre le ferry, moyennant des pots-de-vin », explique-t-il, ajoutant : « nous sommes arrivés à Kerkennah avec de petites barques, pour rester discrets ». C’est une fois sur place que tout se corse, le nombre de passagers ce soir-là dépasse largement celui initialement prévu et annoncé par le capitaine de l’embarcation. « Le passeur n’a rien voulu comprendre. Il nous a dit que c’était comme ça et pas autrement et que nous pouvions nous jeter à la mer si les conditions ne nous plaisaient pas. Nous avons acquiescé. Une fois en mer, l’embarcation commençait à prendre l’eau et à chavirer. Nous avons demandé au capitaine de rebrousser chemin puisque nous n’étions pas loin des côtes tunisiennes. Il a refusé, comme s’il faisait exprès de faire couler le bateau. Au lieu de faire demi-tour, il a accéléré. Les gens ont commencé à hurler et à paniquer. Il y avait aussi des femmes. Je ne pouvais pas voir qui était là, il faisait noir et il y avait trop de monde ». C’est là que le drame arriva.

 

Les migrants ne viennent pas uniquement de Sfax, ils sont originaires de tout le pays. Des ressortissants d’Afrique subsaharienne étaient, par ailleurs, eux aussi du voyage.  Mais certaines villes sont de véritables « nids à migrants potentiels ».

Dans la bourgade de Bir Ali Ben Khelifa, la migration clandestine est banalisée. Dans cette petite ville située à 80 km de Sfax, il y a deux moyens de « réussir » dans la vie : l’agriculture ou la contrebande. La « harga » se pose donc comme une alternative pour des dizaines de jeunes désabusés par le peu d’opportunités qui leur sont offertes.

Ahmed (tous les noms ont été changés) est un agriculteur aisé de Bir Ali Ben Khelifa.  Ses affaires se portent bien. Ahmed a deux fils, l’un d’eux est aussi agriculteur et gère les affaires de son père, l’autre a pris le large. « Je l’ai moi-même  fait monter dans le bateau et payé le coût de la traversée. Il  nous envoie de l’argent  chaque mois, il nous aide beaucoup ». Face à la crise, certains parents n’hésitent pas. Ils « investissent » même dans le départ de leurs enfants.

Kamel est professeur dans le collège public de Bir Ali Ben Khelifa. Il se rend à sa banque et demande un prêt afin de payer le voyage de son fils vers l’Italie. « Aucune autre opportunité ne s’offre à lui, il vaut mieux qu’il parte », explique-t-il.

Mabrouk n’est pas très jeune, il est marié et a deux enfants. Il téléphone à sa femme depuis l’Italie pour lui dire qu’il a décidé de partir et d’emmener l’un de leurs deux enfants. Sa femme n’était même pas au courant qu’il planifiait de partir, elle est dévastée.

Les récits de ce genre sont nombreux. Tous ne se ressemblent pas mais tous racontent l’histoire de personnes désespérées ou appâtées par un gain facile qui ont décidé de quitter leur pays pour rejoindre le « rêve européen ». Le chômage, la crise économique et la cherté de la vie étant des arguments de taille, la crise politique n’aidant pas. Les survivants et les familles des victimes accusent les autorités d’avoir contribué à la dégénérescence de la situation actuelle, à avoir poussé les jeunes à partir. « J’ai vu la mort, j’ai survécu mais je tiens encore à partir », confie l’un des survivants…

 

Synda TAJINE

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

Raad
| 09-06-2018 10:36
Ce n'est ni plus ni moins un commerce de la mort, les vrais coupables circulent en toute liberté au nez et à la barbe de tout le monde.
Voilà plus de trois ans, que ce commerce lucratif existe pour certains mafieux et qui agissent en toutes impunités sans se soucier le moindre du monde, ni des autorités, ni de ce qui peut arriver à ces pauvres malheureux embarqués sur ces bateaux de fortune.
Le résultat le voila, plus de 75 morts et la liste continue de gonfler, jusqu' ou....
Tant que notre garde nationale, n'est pas bien équipée sur place, ainsi que la police, ce trafic ne cessera pas.
Ce n'est pas de Sfax qu'il faudra intervenir mais directement de l'Ile de Kerkennah même, si non c'est trop tard.
Il faut absolument donner les moyens et le matériel nécessaire pour éradiquer une fois pour toute ce trafic de la mort.
La Police a été complètement dissoute de cette '?le sans que l'on sache les raisons jusqu'à présent.
Il faut une police forte aussi bien en amont qu'en aval de l'entrée de cette '?le, car beaucoup de citoyens errants n'ont absolument rien avoir sur ces lieux, ils sont uniquement attirés par ce commerce de la mort.
A entendre certains habitants de cette '?le, certains responsables de ce trafic se trouvent du coté de la région de Mellita et d'El Attia, mais tout reste à vérifier par les autorités.
C'est un problème national et grave pour toute cette jeunesse, diplômé ou pas, qu'il faut absolument trouver une solution pour les aider à se ressaisir, et trouver un moyen pour qu'ils reprennent la vie dans le bon sens, au lieu de courir à leur propre perte.

Gg
| 08-06-2018 12:33
Relisez bien cette phrase de Synda: "l'un des survivants explique que deux embarcations étaient sorties en même temps dans la soirée du samedi 2 juin, jour du drame. L'un des deux bateaux était « destiné à être saisi par les autorités afin que le deuxième puisse arriver à destination »... « Il s'agit d'une diversion »"
.
Mme Tajine ne parle pas de destin, mais de manoeuvre: il y avait 2 bateaux, l'un a été sacrifié pour que l'autre passe.
C'est bien pire!

Gg
| 07-06-2018 14:03
Bonjour Jutta!
Cette com est sûrement entretenue par les passeurs, des deux côtés de la Méditerranée. Parce que ce trafic est très, très lucratif.
Si on considère un bateau qui charge 150 personnes, à 2000 euros le passage, ça fait 300.000 euros. 1 million de DT!!
Et ils ne donnent même pas de gilets de sauvetage.

l'étrangère
| 07-06-2018 13:40
@ Gg | 07-06-2018 06:24

Bonjour Gégé, j'ai pensé la meme chose en lisant le commentaire. C'est vraiment fou et la plupart croit a cette conte de fées! Je n'aurais jamais cru qu'une telle tragedie peut se produire en Tunisie! Si je pense aux analyse dans les années 90-2010 d'ou le pays avait une classe moyen de 70%, le tourisme ne se porté pas mal etc. vraiment terrible ce qui arrive a ce beau pays. En lisant ici chaque jour sur la politique des profiteurs et hypocrites ca devient insupportable. C'est comme une mauvaise pièce de theatre. Pour les bons tunisiennes et tunisiens ca doit etre vachement difficile de faire confiance a n'importe quel politicien, en fait c'est impossible. Meme ce Chahed on ne sait pas pour quelle coté il joue.
Cordialement
Jutta

Gg
| 07-06-2018 06:24
Je cite la communication: "Vous aurez droit à des allocations chômage. Chaque semaine, vos courses complètes seront gratuites, vous aurez droit au pain, à la viande, au fromage, aux légumes, au yaourt'?'. Les soins seront gratuits, les médicaments aussi. Vous logerez à un prix dérisoire et vous aurez droit à un salaire de près de 2500 euros si vous vous mariez et que vous avez un enfant... Ce sont vos droits, vos privilèges en tant que personne"
.
Non seulement les chiffres sont mensongers, mais en plus, cette com est le type même du discours qui provoque la réaction italienne.
Oui, on a des droits, mais avant d'en jouir, on a des DEVOIRS.
.
A peine arrivée en France, ma femme a rencontré des compatriotes qui lui ont proposé de travailler au noir. J'ai bondi, et les ai sommés de cesser de vouloir pervertir ma femme. Et à celle ci j'ai expliqué qu'elle allait travailler en règle, avec des feuilles de paye et des impôts à payer. Je lui ai bien expliqué que de cette façon, et seulement de cette façon, elle allait OUVRIR SES DROITS. Qu'une société ne fonctionne que si tous en respectent les lois.
Je lui ai bien expliqué que rien n'est gratuit, quand on va chez le médecin, à l'hôpital, chez le dentiste, à l'école... quand on perçoit le chômage, les aides, ce n'est pas gratuit. La communauté paye, à travers les taxes et impôts. Donc chacun a le DEVOIR IMP'?RIEUX de participer.
Je lui ai aussi expliqué que si elle se fait prendre à travailler au noir, suite à un accident ou une dénonciation, elle peut dire adieu à sa carte de résidente et à sa naturalisation.
Et surtout ne pas croire qu'un clandestin a des droits, il n'en n'a AUCUN.
Si on ne respecte pas cela, la France va finir comme l'Italie, l'Autriche, la Hongrie... En fait cette com est une parfaite publicité pour le FN et les racistes de tous poils.

DHEJ
| 06-06-2018 20:32
Le capitaine et son mécanicien!


Des titres qui ne correspondent pas avec leurs formations!


Gg
| 06-06-2018 19:20
Merci! Tu es tunisien, tu connais les deux pays et les deux cultures, ton avis m'est précieux.
Merci, bonne soirée :-)

candide né
| 06-06-2018 19:20
"Un bateau destiné à couler?"C'est la mort annoncée !Vous avez eu connaissance et vu de bateaux qui n'étaient pas destines à couler ?Pire ,il y avait des dizaines de migrants agglutiné sur des canots pneumatiques....
Votre titre suggère que de toute façon ,la mort était annoncée et qu'on n'y pouvait rien.Fatalisme qui cache les vraies responsabilités à l'origine de cette catastrophe.

HatemC
| 06-06-2018 18:43
C'est une mentalité d'assisté ...et ils ont tj une réplique, on nous oublie, les GVT ne nous aident pas, pas d'investissement etc ... ils ne feront rien de leur vie et vivront aux crochets de l'un et de l'autre et pourtant ils trouveront l'argent pour faire le petit pèlerinage ( omra ) et le pèlerinage le Haj ... et parfois 2 voir 3 fois et même plus ...

En toute franchise je ne supporte plus ce peuple qui ne fait rien pour améliorer sa condition et celle des générations futurs ...
Tu as bien fait de dire stop .. qu'ils aillent travailler et gagner leur vie honnêtement ... Les Tunisiens ont glandé pendant des décennies et n'ont rien bâti ... QUEDAL ... même le tourisme censé être une industrie ... les Tunisiens ne l'ont pas développé ... 3 malheureux millions touristes par an et cela depuis les années 70 cela n'a pas changé ... Dubai qui s'est lancé dans le tourisme il y a peu ... accueille 15 millions de touristes ... L'aeroport de Dubai accueille 88 millions de passagers en 3 ieme position après celui d'Atlanta USA et celui de Pékin ... celui de Tunis Carthage peine avec ses 5 millions de passagers ... j'ai la haine ... HC

Gg
| 06-06-2018 18:30
En effet Monsieur, je ne comprends pas comment "Aujourd'hui il est plus facile d'avoir un toubib à la maison qu'un plombier pour réparer une fuite d'eau", car c'est vrai.
Plombier s'apprend rapidement, s'installer à son compte coûte moins cher que la traversée, alors Je ne comprends pas...

A lire aussi

C’est lorsqu’on pense que tout est fini que ça commence. Comme un phœnix qui renait de ses

22/06/2018 16:09
11

Le 12 juin 2018 le rapport de la commission des libertés individuelles et de l'égalité a été publié

21/06/2018 19:59
26

Le Conseil d'administration de la BCT avait décidé, lors de sa réunion périodique du 13 juin

20/06/2018 19:59
1

Les dernières nominations effectuées dans le corps de la Garde nationale ont fait couler beaucoup

19/06/2018 19:59
3

Newsletter