alexametrics
Tribunes

La question de la neutralité de Lotfi Brahem

La question de la neutralité de Lotfi Brahem

* Par Leila Chettaoui

 

Les grandes réussites réalisées par le ministère de l'Intérieur ces derniers mois et que je salue en tant que députée ne m'empêchent pas de m'étonner de l'impuissance de tous les appareils de l'Etat à arrêter l'accusé fugitif le plus dangereux, l'ancien ministre de l'Intérieur, Najem Gharsalli.

 

Son affaire concerne, pour rappel, le complot avec des parties étrangères et sa disponibilité auprès d'une armée étrangère en temps de paix (les milices de Fajr Libya de Abdelkarim Belhaj) alors qu'il occupait encore sa fonction de ministre de l'Intérieur. Plus de deux mois après qu'un mandat d'amener ait été émis à son encontre, nous en sommes encore à suivre le feuilleton de sa fuite avec les déclarations du ministre de l'Intérieur qui dit que les différents appareils sécuritaires "tentent d'appliquer le mandat d'amener".

Que veut dire tentent d'appliquer le mandat? Et y'a-t-il quelqu'un qui entrave ou qui empêche cela. Que veut-on faire comprendre quand on parle de neutralité du ministère de l'Intérieur ou encore du ministère de la Défense quand il s'agit des partis ou des différends politiques? Existe-t-il des pressions pour que ces ministères ne soient pas neutres?

 

La neutralité n'a rien à faire dans le dossier de Najem Gharsalli et elle ne peut être envisagée quand il s'agit d'arrêter un criminel même s'il est ancien ministre. J'espère vraiment que les différentes unités sécuritaires parviendront à clore le dossier Gharsalli dans les plus brefs délais.

Je souhaite aussi à titre personnel que le travail du ministère et de ses unités soit en phase et corresponde au texte et à l'esprit de la constitution qui stipule que l'Etat est le garant des libertés individuelles et qu'il abandonne le recours à des textes et de décrets désuets et dépassés. Je parle ici des descentes effectuées dans les cafés et restaurants au mois de ramadan et ce que cela implique comme violations humiliantes qui ne concordent aucunement avec la sécurité nationale mais qui font penser seulement à une police religieuse dans les systèmes religieux dictatoriaux.

 

 

*Leila Chettaoui est députée Machroû Tounes à l'Assemblée des Représentants du peuple

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (14)

Commenter

Terrien
| 03-06-2018 23:22
Bravo Madame et encore mille bravo surtout pour avoir cité nommément "fajr Libya", et tout le monde sait quel parti politique soutient cette milice, ennahdha bien évidemment, et c'est bien Gannouchi en personne qui avait déclaré sur les ondes de Mosaîque Fm que "fajr Libya" était un rempart pour la Tunisie. Et comme ça tout s'explique, et on comprend pourquoi Gharsalli devient difficile à être arrêté.

khaloucha
| 03-06-2018 17:21
J ai beaucoup de respects pour cette dame.

Mansour Lahyani
| 03-06-2018 16:12
Je ne sais pas vous, mais moi, chaque fois que je l'entends, j'apprécie encore plus cette dame, dont les positions s'expriment clairement et avec justesse. Sa sincérité me ferait presque changer d'avis à l'égard de l'ARP et de ceux qui (ne) la peuplent (pas)!

Be zen
| 03-06-2018 15:57
Je vous rejoins pour demander à la député des comptes.
Nous voulons en effet des révélations et des résultats.
Néanmoins il faut reconnaître que Leila Chettaoui est la plus active pour dénoncer les combines et les magouilles.
Peut mieux faire !
A suivre ...

citoyenne
| 03-06-2018 15:00
votre rapport sur tasfir echabeb. votre mandat approche de son terme, j'espére que cest pas un slogan comme la lutte cotre la corruption

ntc
| 03-06-2018 10:30
'?a sent mauvais !!!

@Business News
| 02-06-2018 22:33
Bonjour l'Equipe Business News
Svp convertissez votre base de données à un Charset UTF-8 comme ça on aura plus des points d'interrogations remplaçant les majuscules avec accent ou les caractères spéciaux. Merci

kameleon78
| 02-06-2018 19:19
Vous parliez des problèmes d'accent, je pense que c'est un problème de patchs sur le système informatique utilisé chez BN. Donc "patcher" votre système BN. "Un patch est, en informatique, un "bout" de code modifiant un programme, généralement pour y apporter un correctif." C'est soi un patch standard, un logiciel tout prêt à passer (facile à faire) soit il faut recruter un informaticien qui programme les "codes" (un développeur).

Be zen
| 02-06-2018 18:31
Vous avez un problème persistant depuis plusieurs semaines avec " l'accent sur la majuscule " qui est déformé lors de la publication du commentaire.
Ce soir j'ai utilisé le mot " IN'?GALEMENT " et lors de la parution du commentaire j'ai eu droit à un gros et vilain point d'interrogation à le place du E avec l'accent.
Il semble que c'est difficile de remédier à ce problème !
Si des candidats informaticiens ont la solution, qu'ils la proposent à BN !
C'est un peu agaçant !

B.N : Cher lecteur, le problème est d'ordre technique, nous vous remercions pour votre compréhension.

houda
| 02-06-2018 18:15
tout est clair meme la fermeture des cafès pendant le ramadan tout le monde sait d ou proviennent les instructions on va de pire en pire on attends avec impatience 2019 pour faire sauter tout ce cirque et se debarasser de tous ces profiteurs

A lire aussi

Incapable de gérer sa victoire de 2014 et constituer un parti capable de gouverner le pays, Nidaa a

08/12/2018 14:17
13

La santé est l’un des secteurs où la science est essentielle. Il est l’objet d’enjeux économiques

06/12/2018 08:48
3

C’est au nom des jeunes de ce pays que je me permets de m’exprimer aujourd’hui. C’est au nom des

30/11/2018 13:28
11

Dans sa tribune, Omar S’habou a indiqué que la Tunisie vit simultanément trois crises dangereuses :

15/11/2018 22:00
16

Newsletter