alexametrics
Chroniques

Les élections municipales, foutage de gueule bis

Les élections municipales, foutage de gueule bis

Par Synda Tajine

 

Foutage de gueule non pas à cause du taux d’abstention aussi triste qu’alarmant, non. Je peux parfaitement comprendre le désintérêt du citoyen lambda pour la chose politique, ayant des préoccupations nettement plus capitales. Survivre, par exemple. Je peux aussi parfaitement comprendre les mouvements de boycott et la grogne populaire contre des politiques corrompus, au sens propre comme figuré du terme, et pas à la hauteur de la tâche pour laquelle ils se sont présentés. Si je suis sortie voter le 6-Mai, sans grande conviction aucune, c’était plus pour le sens du devoir citoyen accompli que pour réellement cocher un nom dans une case. Voter pour qui ? C’est la question à plus de 60 millions de dinars.

 

Toutes les municipalités n’ont pas la chance d’avoir un Fadhel Moussa à leur tête. Certaines municipalités ont des têtes de listes, inconnues du grand public et aux discours tout aussi éloignés de ce public-là. Mais qu’importent les slogans de campagne et les discours « rassembleurs » et « passionnés », chacun sait qu’il n’en sera rien sur le terrain. C’est d’ailleurs pour cette raison que nombre de Tunisiens ont choisi, cette année, de ne pas prendre part à cette grande mascarade qu’est les élections. Désabusés, déçus, désintéressés et plus que tout dégoûtés, les électeurs ne veulent pas avoir à participer à cette nouvelle opération foutage de gueule et leur boycott a été retentissant. Ni la nouvelle identité d'Ennahdha ni le soutien assumé de Youssef Chahed à Nidaa n'ont réussi à attiser les foules. 

 

Foutage de gueule car ceux qui ont été élus, peu importe ce qu’on aura à dire à leur sujet, ceux qui ont été choisis par le peuple, par les rares personnes qui ont fait le déplacement, bravé les files timides et glissé un bulletin dans l’urne, n’auront peut-être pas la chance d’être nommés dans les postes pour lesquels ils se sont présentés.

Contrairement aux croyances populaires largement répandues, la tête de la liste gagnante n’est pas forcément celle qui occupera la présidence du conseil municipal. Là encore, le grand et indéfectible consensus aura son mot à dire et décidera de l’issue des choses. Une réunion du conseil municipal votera pour élire le maire qui se présentera parmi les têtes de listes gagnantes (ayant plus de 3%) et en cas de blocage lors du deuxième tour, le plus jeune des deux finalistes l’emportera. Ça ne tient finalement qu’à ça. Dixit la volonté du peuple, dixit le pouvoir des urnes, le consensus est plus fort que tout. Ce même consensus qui rend légitime les alliances les plus folles, les plus improbables et les plus hypocrites.

 

On en est encore à la proclamation préliminaire des résultats partiels, qu’Ennahdha, Nidaa Tounes et Irada annoncent une alliance dans la municipalité de Sidi Ali Ben Aoun (gouvernorat de Sidi Bouzid). Les partis de Rached Ghannouchi, Béji Caïd Essebsi et Moncef Marzouki, que tout semble séparer pourtant, s’allient afin de se donner de la consistance face à la liste indépendante qui les a devancés.

Si les citoyens avaient déjà eu du mal à digérer le rapprochement fragile et précaire entre Ennahdha et Nidaa, ils n’étaient sans doute pas prêts à encaisser le déculottage du parti de Moncef Marzouki. Chantre de la liberté, des grandes valeurs de démocratie, de la lutte anti-corruption, qui a passé des mois à vomir et à mépriser les gouvernants actuels prétendant pouvoir faire mieux qu’eux, voilà que Irada s’allie à ses prétendus pire ennemis. Mais coup de théâtre, le lendemain, on efface tout et on recommence. Irada et Nidaa se rétractent et décident que, finalement, le morceau serait beaucoup trop gros à faire avaler aux électeurs et aux bases. Oui, car c’est comme ça que fonctionne le politique dans ce beau petit pays. L’improvisation est décomplexée et affichée comme une ligne de conduite passionnée. Au diable les électeurs qui ont voté pour un parti affichant certains principes et qui se retrouvent représentés par d’autres ayant une ligne de conduite totalement opposée.

 

Avec le mode d’élection des maires, et l’amateurisme politique décomplexé, les élections du 6-Mai donneront sans doute une nouvelle représentation du parlement actuel. Des mini-parlements dans chaque municipalité, dirigés par le consensus et les calculs politiques aussi vils que restreints. Le tout agrémenté d’une bonne couche d’improvisation et dans un mépris total pour ce que l’électeur pense. Enfin, les rares électeurs qui ont jugé utile d’aller voter…

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

kameleon78
| 08-05-2018 20:09
J'ai toujours dit et répété que la Connivence en Politique est la pire ennemie de la Démocratie. Ce que rejette par dessus tout les électeurs ce sont les arrangements politiques mesquins, les petites combines de boutiquiers, les calculs d'épicier : "je te donne un siège, tu me renvoies l'ascenseur" et ainsi de suite. ....
Ces Municipales me rappellent un peu les élections législatives de 2014, où on nous avait dit : "Vous allez voir ce que vous allez voir, nous gagnerons et nous changerons les choses, après la gestion désastreuse de la Troïka", que nenni, rien n'avait changé au contraire, les deux partis Nidaa Tounès et la Nahda se sont arrangés sur le dos des électeurs et nous en subissons encore les conséquences aujourd'hui.
Lors du vote du Maire au Conseil Municipal, rebelote; les listes vont s'arranger entre elles : " Tu me donnes cette municipalité, moi je te donne celle-là". Heureusement qu'l y a des indépendants qui sont là mais j'ai bien peur qu'ils ne s'y prêtent aussi au jeu des chaises musicales. Chassez le Naturel, il revient au galop.
J'espère que ces "Municipales" seront une leçon pour BCE et Nidaa Tounès (quoiqu'en disent certains, c'est le seul parti qui puisse tenir tête aux islamistes en terme de nombre). Il faut briser cette alliance avec l'accord de Paris puis celui de Carthage, nous sommes à un an des élections générales, plus besoin de "Tawafeq", il est trop tard pour les réformes, elles se font en début de mandat et non à la fin, donc il faut "casser" cette Union sinon les électeurs échaudés ne reviendront plus dans les bureaux de vote.(optique pour 2019).

Ali Baba au Rhum
| 08-05-2018 19:00
je suis le citoyen lambda, je n'ai pas voté, et qu'importe si ce soit le déculottage, la déculottée, le dixit, l'exit, ou le brexit.

Rationnel
| 08-05-2018 17:00
Le triomphe des listes indépendantes est un autre pas vers l'indépendance et la libération du citoyen de l'étau imposé par l'état providence omniprésent et les partis qui en profitent.
Les partis n'ont rien a offrir au pays, le premier et dernier soucis de la classe politique est sa propre survie et prospérité. Le citoyen doit se libérer de cette dépendance et réaliser qu'il (ou elle) ne peut compter que sur son propre effort. Ces élections sont un pas en avant puisque les indépendants ont pu briser la duo-polie Nida-Nahdha. On peu espérer des municipalités plus intègres, plus transparentes et moins de corruption dans la gestion des affaires locales. Si un tel exploit se répète en 2019 on pourra alors commencer a assainir le système et entamer des reformes. Les partis ne vont pas oser reformer un système qui les arrange très bien et ne veulent pas prendre des décisions impopulaires. Les listes indépendantes ne sont pas prisonnières d'un agenda politique rétrograde comme les partis (islamisation de la société pour Nahdha ou protection des profiteurs pour Nida) et n'ont pas récompenser des "militants" qui ont soutenu le parti pendant des décennies comme c'est le cas d'Ennahdha, un parti quadragénaire ou Nidaa un parti nonagénaire. Les mots "jeune" et "futur" sont les plus fréquents dans les noms des listes indépendantes. Les listes indépendantes méritent le bénéfice du doute.

tunisien
| 08-05-2018 16:20
ces resultats peuvent être un moyen efficace pour faire baisser la corruption et gagner en efficacité. nidaa et nahda n'ont plus la majorité . franchement avec cette resultat je suis optimiste pour le futur de la tunisie. pour la première fois un vote sans peur qui donnera naissance une nouvelle classe politique.

A lire aussi

Faut-il encore douter des ambitions politiques de Youssef Chahed ? Petit à petit, le chef du

20/09/2018 16:23
6

On pourra toujours critiquer Hafedh Caïd Essebsi, son attitude, ses décisions ou le fait qu’il ne

19/09/2018 16:59
13

Pour beaucoup de Tunisiens, l’heure de la rentrée a sonné ces derniers jours. L’année scolaire a

18/09/2018 15:59
8

Hafedh Caïd Essebsi est extraordinaire. Il est vraiment extraordinaire. Il est comme Mister Bean, il

17/09/2018 15:59
14

Newsletter