alexametrics
Tribunes

Ma plus grande expérience émotionnelle en tant que ministre !

Ma plus grande expérience émotionnelle en tant que ministre !

Par Slim Khalbous

 

Je viens de passer 3 jours en immersion totale au milieu de plus de 300 étudiants survoltés. Ce fut l’expérience la plus extraordinaire, émotionnellement et professionnellement, depuis que je suis à la tête de mon ministère.
J'ai effectivement fait le choix d’inviter l’ensemble des étudiants fraîchement élus par leurs pairs (UGET; UGTE et Indépendants) de tous les établissements universitaires de la République. 
Le choix s’est porté sur Tataouine comme lieu de rencontre, d’abord pour concrétiser notre volonté de décentraliser les évènements majeurs, ensuite pour mettre la lumière sur une superbe infrastructure universitaire capable de bien accueillir un si grand nombre de congressistes et, enfin, pour garantir une réelle et totale immersion entre les responsables du Ministère et les étudiants.

 

 

Un pari risqué !

J'ai fait le choix d’organiser cet évènement en dépit d’un contexte tendu. D’une part, à cause des perturbations des examens dans un certain nombre d'institutions universitaires et, d’autre part, à cause de la rivalité historique entre les organisations syndicales dans un contexte électoral... Plusieurs personnes m’ont vivement déconseillé de le faire : « trop d’incertitudes… », « beaucoup de manipulations…», « impossible de travailler dans ces conditions…» etc. 
Bref, le risque de se retrouver devant des étudiants, pas seulement revendicateurs, mais qui allaient rivaliser d'impertinence, d'insolence voire d’agressivité était réel. Or, l’enjeu était ailleurs! Nous sommes depuis plus d’un an en pleine réforme de fond de l’université. Et l’étudiant doit impérativement être le pivot de cette transformation. Notre premier pari était donc d’impliquer positivement et activement tous les étudiants dans ce processus stratégique. Nous avons donc décidé d’organiser «Les Assises estudiantines de la réforme universitaire – Tataouine 2018».

 

 

De la pédagogie raisonnée face au droit à l’impertinence…

Sans surprise, le séjour a donc démarré dans une ambiance des plus tendues entre les critiques les plus virulentes envers le Ministère, et plus spécifiquement envers le Ministre, et la rivalité acharnée entre les organisations syndicales qui ne cherchaient qu’à en découdre… Bref, le scénario, espéré par certains, était déjà écrit et les nombreuses vidéos enregistrées et diffusées sur les réseaux sociaux, dès les premières minutes, allaient témoigner de «l’échec annoncé de l’évènement…». 
Sans jamais contester leur droit à l’impertinence, pour de jeunes issus de la révolution, nous avons, avec mon équipe, fait preuve de beaucoup, beaucoup, de retenue, de pédagogie, de patience, de respect et de bienveillance pour expliquer la complexité de la décision politique, les difficultés du contexte de notre pays et l’importance de leur adhésion à une vraie réforme qui touche à leur avenir... 
Les premiers échanges, directs, francs, presque physiques, ont donné le ton du congrès, dès le premier soir et ne se sont terminés qu’à 1h du matin ! Un véritable exutoire qui a commencé progressivement à calmer les esprits, ou plutôt, à les ouvrir sur d’autres fenêtres, d'autres horizons, qui permettent de voir autrement plus loin, plus grand…

 

 

Des moments inoubliables !

Au bout de trois journées extrêmement épuisantes, le scepticisme a cédé progressivement à la confiance, les critiques aux propositions, les lamentations aux alternatives collectivement réfléchies... 
Les mêmes étudiants qui s’adressaient à moi au début par un « Monsieur le Ministre » sur un ton dur et inquisiteur se sont mis à m'interpeller par un « Si Slim » serein et respectueux. Les regards agressifs et méfiants ont laissé place progressivement à des expressions plus apaisées et parfois même à quelques sourires complices. J’ai eu même droit à un portrait fait à la main par une étudiante en beaux-arts , qui m’a murmuré à l’oreille qu’elle avait apprécié toute la patience dont j’ai fait preuve. Très touchant!
Quel bonheur que de ressentir que la sincérité paye, que le contact direct est irremplaçable et, surtout, que notre jeunesse a besoin qu’on croit en elle pour qu’elle montre le meilleure d’elle-même. 
J’étais fier, immensément fier, de rencontrer des leaders, des vrais, de découvrir les futurs "grands" de notre pays, de détecter, chez certains, une maturité bien au dessus de leur âge. Mais je suis également inquiet de constater une jeunesse un peu perdue, en manque de repères et parfois hélas -pour une minorité heureusement- manipulée, mais qui ne cherche qu'à être accompagnée pour trouver son chemin. 
Lors de la cérémonie de clôture, nous avons encore vécu des moments uniques pendant pratiquement 5 heures d’affilés! Une véritable épreuve mentale et physique ! C’était l'heure de la lecture des rapports des différents ateliers des Assises avec des propositions de réforme souvent très intéressantes, parfois un peu polémiques, entrecoupée par des escarmouches verbales entre organisations rivales, toujours «borderline», mais ça n’a jamais rompu grâce aux efforts des étudiants-leaders et à ceux de mon équipe qui les a encadrés avec bienveillance tout au long de l’évènement.

 

 

Du poids de la responsabilité…

Dans mon discours de clôture, j’ai pu les conseiller de ne pas gaspiller leur temps à se chamailler sur le passé, et de se concentrer plutôt sur la construction d’un avenir qui leur appartient pleinement… Je les ai exhortés à préserver la relation privilégiée qu’ils peuvent avoir avec leurs enseignants même en temps de crise… et, enfin, de prendre conscience que la réforme est la seule solution durable à tous les problèmes de l'Université, même si ce n’est pas facile… Enfin, même si j’étais agréablement surpris, et par la qualité de l’écoute, et par les applaudissements qui ont ponctué mon discours de clôture - de l’extrême gauche à l’extrême droite de l’amphi (!) - je ne l’ai pas pris pour moi, mais pour un projet de réforme auquel ils ont fini par croire et participer activement. 
Le déroulement des évènements, après un face à face de 3 jours avec des étudiants leaders en grand nombre, souvent sincères, parfois manipulés, toujours pleins d'énergie et qui se sentent forts d'être ensemble… Les amener à dépasser les insultes et les slogans vides vers les revendications légitimes et enfin vers une vraie réflexion sur leur avenir... ne fait qu’alourdir le poids de la responsabilité, car l’avenir de notre jeunesse, et donc de notre pays, est entre nos mains.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

universitaire
| 06-05-2018 12:41
Ce ministere n a jamais compris son role. Pour cela je l invite a retourner a son poste afin de nous comprendre.

Raouf
| 05-05-2018 23:06
C'est très courageux de la part de ce ministre d'aller au contact des étudiants bien formatés idéologiquement et de réussir à les ramener à la réalité.
C'est très constructif d'avoir réussi à faire cohabiter des étudiants appartenant à des sensibilités très différentes.
Le choix de Tataouine est un coup de maître.il a voulu délibérément dépassionner les débats en éloignant les représentants syndicaux de leurs gourous installés le plus souvent à Tunis.
Bravo si slim.

Ali Baba au Rhum
| 04-05-2018 13:44
La réforme universitaire? tout le monde s'accorde sur sa nécessité , personne n'en connait le contenu. En fait dans le monde entier elle rime avec sélection et privatisation. Les plans sont donc certainement déjà prêts dans les tiroirs. La subtilité, c'est que les étudiants ( leurs représentants) puissent paraitre les cautionner pour couper court à toute contestation ultérieure quand ils seront appliqués . Une répétition à l'envers de la vieille histoire des Structures Syndicales Provisoires que les étudiants des années 70 connaissent bien. Monsieur le Ministre, chapeau; vous avez bien manoeuvré ces jeunes naifs.

Melas
| 04-05-2018 08:25
Le contact direct à Tataouine avec les étudiants et le ministère.est un bon présage,mais on doit continuer ce débat dans les autres universités du pays loin des bureaux ministériels et à la fin prendre les décisions nécessaires que le prochain ministre s'engage à les mettre en pratique

takilas
| 03-05-2018 21:07
Quand on sait que tous les nouveaux étudiants remplissent la fiche d'orientation, depuis la nuit des temps, par des écoles ou des universités se trouvant obligatoirement à Tunis et rien que Tunis et que le présumé diplôme doit servir pour être recruté d'office à Tunis et rien que Tunis. Donc trois jours de perdus en tous les points de vue pour le ministre; d'autant plus qu'en Tunisie le seul objectif de chacun est d'habiter à Tunis et rien qu'à Tunis.
D'ailleurs tous lesvdesaccords et toutes les mésententes et dans tous les domaines tant politiques qu'économiques sont basées sur cette impérative condition.

@themirror
| 03-05-2018 15:25
Dans les grandes écoles et universités dans le monde, le débat, le speech, le leadership ca s'apprend dans le cadre de l'enseignement des techniques de communications de maîtrise émotionnelle et autres soft skills devenus nécessaires; Le marketing est un art. Les étudiants tunisiens sont les enfants de la révolution. Les gens comme the Mirror font partie du passé comme abdelaziz ben dhia d'ailleurs; Les petites actions banales de ces ministres sont glorifiées chez ces personnes nostalgiques. Des minitstres sous Ben Ali ont crée les 600 mille chômeur à l'aube de 2010 qui ont déclenché la révolution. Bouazizi était un diplômé en chômage qui a fait ses études sous Lazhar bouaoun. Le ministre qui ne concerte pas, qui n'écoute pas, qui n'agit pas, qui ne prends pas des décisions pour améliorer le vécu des gens et répondre à leurs besoins dans la limite des moyens disponibles, n'est pas digne d'être ministre. Le malaise des étudiants a été occulté sous ben dhia et bouaoun par les responsables et les doyens qui ont peur pour leurs privilèges et leurs sièges; Qui prennent l'initiative de trouver es bourses à leurs enfants et ceux de leurs amis envoyés à l'étranger parce qu'ils savent la qualité de l'enseignement public. le comble de l'opportunisme. Alors bravo Khalbous; c'est comme ça que les universités américaines ont pu se classer dans les top 10. Pour The Mirror, regardez CNBC et CNN et la campagne anti trump actuelle après la réduction des subventions publiques pour les newsrooms universitaires aux USA et peut être vous comprenez la notion de la démocratie dans le milieu universitaire. 9allou UGTT et UGET; je crois que vous n'avez jamais côtoyé un énarque français ou peut être entendu parler de Mai 68;
Analyste et Consultant en Investissement International

DHEJ
| 03-05-2018 14:19
Complexité de la décision


Ou ignorance de la GOUVERNANCE grâce à la portance de l'amphithéâtre!

The Mirror
| 03-05-2018 13:59
D'abord, je suis inquiet lorsque je vois un ministre, délaisser ses responsabilités ministérielles pour nous raconter se émotions à travers une tribune. C'est du folklore.

Monisuer Slim Khalbous doit savoir que:
- Depuis la révolution, les Universités tunisiennes n'existent plus sur l'échiquier universitaire mondial. L'Ethiopie, le Sénégal, le Maroc, pour ne citer que ces trois pays africains, comparables à la Tunisie, continuent à faire valoir leurs créativités scientifique, littéraire, artistique, culturelle, technique et technologique via les revues spécialisées. La Tunisie quant à elle, elle est absente partout, et ceci est triste,
- Faute de conception et de stratégie modernes et adéquates, l'Université tunisienne produit de vulgaires chômeurs, dont plusieurs partent en Syrie pour foutre le bordel lâ-bas, sous les applaudissements d'Ennahdha,
- L'Université tunisienne est gouvernée par l'UGTT: tous les recteurs, doyens et directeurs d'établissements supérieurs sont parrainés par l'UGTT. Et bien sûr, lorsque le casseur numéro un de la Tunisie, l'UGTT en l'occurrence, met le nez dans un domaine, il faut immédiatement tirer un trait sur ce domaine.


Alors Monsieur Khalbous, continuez donc à faire le héro d'une guerre imaginaire, profitez donc de vos avantages de ministre, mais, ne nous parlez surtout pas d'Enseignement supérieur. Celui-ci est parti avec:
Abdelaziz Ben Dhia
Mohamed Charfi
Lazhar Bououni

Ces trois-là sont tous des ministres du dictateur Ben Ali, MAIS, en universitaires de talent, ils ont su assumer leur rôle de ministre de la « créativité et des idées », c'est-à-dire ministre de l'enseignement supérieur.
Depuis 2011, le ministère de l'Enseignement supérieur n'a connu que des *** comme ministres. Et le cirque continue.

A lire aussi

La décision du gouvernement de faire de la discrimination positive à l'orientation universitaire a

22/06/2018 15:44
0

Le Programme régional Sud Méditerranée de la Konrad-Adenauer-Stiftung, représenté par Dr Canan

20/06/2018 15:40
4

Par Ahlem Hachicha Chaker La crise actuelle que nous traversons pose de manière de plus en plus

13/06/2018 12:13
20

En réaction à la chronique de Nizar Bahloul parue dans Business News en date du 11juin 2018, Nébil

12/06/2018 19:42
8

Newsletter