alexametrics
Tribunes

Mesures préconisées pour atténuer les pressions sur le dinar

Mesures préconisées pour atténuer les pressions sur le dinar

Eléments stratégiques pour la politique du taux de change du dinar



Par Brahim Hajji *

La stabilisation du taux de change à moyen terme, reste évidemment tributaire de la capacité du pays à relancer la croissance et à réduire les déficits. Le CIPED renvoie à cet égard, à la stratégie préconisée dans son livre publié en 2016 sous le titre « Eléments de Stratégie de Sortie de Crise ».

Sur le court terme,  cinq voies peuvent être explorées :

 

A. Tout en maintenant la flexibilité  du dinar, il serait judicieux d’opter pour un encadrement du taux de change, par l’adoption d’un tunnel de fluctuation, par exemple de +/-2,50% autour des cours centraux définis par les autorités monétaires[1].  Les taux de change centraux, lors de leur adoption, devraient nécessairement refléter la réalité du marché et intégrer toutes les données objectives. Il s’agit simplement de s’inspirer de l’expérience du système des monnaies européennes (SME) avant l’avènement de l’Euro où, autour de cours centraux, les monnaies européennes fluctuaient librement à l’intérieur d’un corridor de +/- 2,25%. Si des dysfonctionnements importants venaient à être observés (différentiel d’inflation, déséquilibres des comptes extérieurs,) des ajustements des cours centraux devraient alors, être adoptés à travers des réévaluations des monnaies fortes et des dévaluations des monnaies faibles.

Le tunnel a le mérite d’apporter une meilleure visibilité au marché, d’atténuer l’ardeur des spéculateurs et d’éviter les mouvements incontrôlés et déstabilisants, en attendant que les réformes structurelles et les politiques macroéconomiques adaptées agissent et donnent leurs effets. Il va sans dire que la tenue du dinar restera fondamentalement et intrinsèquement liée à la maîtrise des équilibres extérieurs, de l’inflation et de l’accroissement de l’offre à l’exportation par le jeu de la compétitivité prix.

 

B. Dans l’attente des résultats escomptés de la relance de la croissance et de l’investissement, de l’épargne et du rééquilibrage des déficits, il est indiqué de prendre des mesures de sauvegarde pour limiter les déficits commercial et courant, notamment les produits destinés à la demande finale de consommation.

Faut-il souligner à ce propos, que les mesures de sauvegarde ne sont pas antinomiques avec le statut de convertibilité courante, carles statuts du FMI permettent aux pays membres confrontés à des difficultés dues à des évènements majeurs, d’y  recourir pour une période provisoire. D’ailleurs, les mesures prises par la BCT et dans le cadre de la loi de finances 2018, notamment le recours en premier lieu aux avoirs logés dans les comptes professionnels en devises pour le règlement des importations ainsi que la taxation de certains produits à l’importation s’inscrivent parfaitement dans cette logique.

 

C. Sur un autre plan, et dans le but d’augmenter les réserves de change et donner à la BCT des moyens suffisamment consistants pour ses interventions directes sur le marché des changes, il serait indiqué d’envisager la négociation d’opérations de swaps à moyen terme (devises/dinars) avec certains pays partenaires et amis. Ce genre d’opérations présente l’avantage de générer des ressources en devises sans effet sur la dette extérieure, puisqu’il s’agit d’un échange au comptant de devises contre dinars et d’atténuer simultanément les pressions sur la liquidité en dinars, car la partie contractante investirait alors, ses avoirs en dinars sur le marché financier tunisien (dépôts bancaires, achats de BTA ou autres papiers financiers, etc.).

 

Les pays partenaires et amis peuvent témoigner de leur soutien à la transition économique et financière du pays en acceptant des opérations de swaps devises/dinars sur le moyen terme avec un coût reflétant le différentiel de rendement entre le dinar et la devise concernée (Euro ou Dollar).

 

D. Inciter les opérateurs économiques à négocier des lignes de crédits commerciaux à moyen terme (18 à 24 mois), pour les importations en provenance de pays avec qui la Tunisie enregistre des déficits commerciaux élevés ; ce qui permettrait de rallonger les délais de paiement et de passer le cap de cette conjoncture difficile avec moins de pression sur la liquidité extérieure.

 

E. Enfin, et en vue d’assurer un meilleur équilibre entre l’offre et la demande de devises sur le marché des changes, les autorités monétaires devraient envisager de revenir sur certaines mesures de libéralisation financières, décidées avant 2011 quand la situation économique du pays était nettement meilleure, telles que notamment la réduction de la proportion des recettes d’exportations et d’emprunts en devises que les agents économiques peuvent garder dans leurs comptes professionnels en devises (cette proportion est actuellement de 100%). Ces mesures devraient être bien préparées en les discutant préalablement avec l’Association professionnelle des banques et le Patronat.



[1] Les autorités monétaires marocaines viennent d’opter récemment pour un choix pareil afin d’aboutir à moyen terme à un taux de change totalement déterminé sur la base des mecanismes de marchés.

 

* Brahim Hajji est membre du CIPED (Centre International Hédi Nouira de Prospective et d’Etudes sur le Développement)

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Le financier
| 24-03-2018 19:01
Sallemalaykom ,
Quand je lis ce genre d idée, je comprends mieux pourquoi le pays va mal .
D une on ne redresse pas un pays où ss monnaie en 5 points lancer en l air sans aucune études sérieuse sur les conséquences, un homme sérieux aurait backtesté , simulé , sur les 3 derniers années ce genre d interventions sur le déficit et la monnaie du pays.
Il faut arrêter de se prendre pour des génies en lançant 5 idées et commencer la place à des professionnel de la finance et pas des amis des amis de la politique .
'?tant spécialiste des produits dérivés dont des CDS, je peux confirmer qu' aucune contrepartie ( Goldman Sachs, JP...) ne se mettra en face si c pas pour crever la Tunisie. D ailleurs la plus grande trahison du fmi , de la banque central et des hommes politique à été de créer une courbe de taux. Maintenant tous les hedgefunds, banques tel que rotschieldd Goldman Sachs pourront spéculer contre la Tunisie et la mettre à terre comme la greece .
J ai écrit pas loin de 500 points d interventions pour que la Tunisie paie sa dette en 3 ans et avec un impact quasi nul sur le peuple tunisien et pas 5 misérables points ridicules . On ne redresse pas un pays en 5 idées ça se saurait

Peritotime
| 24-03-2018 09:17
L'exemple du SME est mal choisi, car il ne comptait que des monnaies Européennes, on imagine mal un couloir entre les monnaies du Maghreb. Peu importe que le dinar soit à deux ou quatre dinar, le problème c'est la faible croissance qui n'absorbe pas les entrée du marché du travail.

Imed
| 23-03-2018 18:18
Des propositions envisageables bien sûr ressorties comme d'habitude des travaux internes de la BCT lorsqu'elles sont formulées par les banquiers recyclés dans le CIPED mais, les qualifiées de stratégiques est un peu exagéré à moins de redéfinir le français.
Par ailleurs, elles restent éminemment politiques lorsqu'elles ne vont pas jusqu'au. Dommage que nos techniciens ne peuvent plus s'empêcher d'en faire.

DHEJ
| 23-03-2018 16:15
Est-il spécialiste en REGULATION avant de s'enfoncer dans le tunnel?

A lire aussi

Monsieur le Président de la République, qu’avez-vous fait du projet de loi vous proposant le mode de

20/09/2018 17:53
3

Le Sahel africain semble en dehors des écrans radars des autorités tunisiennes. Pourtant, cet

17/09/2018 19:59
6

En 2014, Nidaa a promis monts et merveilles. La guerre aux islamistes, la prospérité économique, la

15/09/2018 09:57
7

Depuis 48 heures, une pétition circule pour demander l'instauration d'une nouvelle loi

13/09/2018 20:00
11

Newsletter