alexametrics
A la Une

Youssef Chahed : Et maintenant, que puis-je faire ?

Youssef Chahed : Et maintenant, que puis-je faire ?

 

 

Youssef Chahed est resté à la tête du gouvernement malgré tous les pronostics qui le disaient partant. Toutefois, la suite de sa présidence s’annonce bien plus ardue que ce qu’il a vécu jusqu’aujourd’hui. Entre nouveaux et anciens ennemis d’un côté, et les attentes de l’opinion publique de l’autre, Youssef Chahed devra manœuvrer habilement s’il souhaite garder le capital sympathie nécessaire à une éventuelle candidature en 2019.

 

Avec la suspension de l’accord de Carthage décidée par le président de la République, le sort de Youssef Chahed à la tête du gouvernement est scellé : Il continue. Ajouter à cela le fait que Ennahdha s’est montré prudent lors de ces négociations et a freiné les velléités des différents protagonistes pour évincer Youssef Chahed. Politiquement, le chef du gouvernement s’est mis sous la protection des deux parrains : Béji Caïd Essebsi et Rached Ghannouchi.

Mais c’est maintenant que le plus dur commence pour Youssef Chahed. Il sera livré à lui-même et devra désormais tracer un chemin au milieu du champ de mines auquel ressemble la scène politique tunisienne. La première des interrogations qui se posent à Youssef Chahed aujourd’hui est relative à l’opinion publique. Pour l’instant, aucun responsable de l’Etat n’est venu expliquer à la population ce qui s’est passé à Carthage et quelles sont les implications de la décision du président de la République. Mais est-ce à Youssef Chahed de le faire ? Puisque lui et tout son gouvernement ont été mis à l’écart du processus de l’accord de Carthage, pourquoi devrait-il en payer le prix « médiatique » par une adresse au peuple ? De l’autre côté, en assumant cette responsabilité et en adoptant un discours précis et déterminé, il pourrait parvenir à donner l’image de celui qui clôt la polémique et qui est uniquement préoccupé par l’intérêt du pays. 

 

Mais la question « médiatique » est loin d’être le principal souci de Youssef Chahed. Le cauchemar du chef du gouvernement s’appelle désormais l’UGTT. La centrale syndicale est désormais en confrontation politique directe avec le gouvernement et son chef. La réunion du comité directeur de l’UGTT, dont les résultats ne sont pas encore connus, ne servira qu’à déterminer la forme que prendra cette confrontation.

Ce qui est sûr, c’est que les réformes ambitieuses que le gouvernement compte mettre en place se trouvent menacées par le désaccord avec l’UGTT. Les dossiers brûlants que sont les entreprises publiques, la situation des caisses sociales ou encore la réforme de l’éducation, ne peuvent trouver une issue favorable qu’avec la coopération de l’UGTT. La centrale syndicale déplacera-t-elle la confrontation sur ses dossiers ou dans la rue ? Nous le saurons dans les prochaines heures. Mais quel que soit le terrain de la confrontation, Youssef Chahed devra manœuvrer habilement en entamant une vraie opération séduction avec l’UGTT tout en faisant preuve de la fermeté nécessaire sur les sujets d’intérêt commun. Il devra ménager la chèvre et le chou et tenter de faire passer, et surtout appliquer, les réformes qu’aura entérinées son gouvernement. Les mesures décidées dans le cadre de la deuxième version de l’accord de Carthage peuvent au moins servir de base de dialogue.

 

L’autre épine dans le pied de Youssef Chahed s’appelle Nidaa Tounes. Malgré toutes les tentatives de rapprochement faites par le chef du gouvernement, qui était allé lui-même faire campagne et qui n’a eu de cesse de répéter que Nidaa est son parti, le Nidaa de Hafedh Caïd Essebsi a voulu avoir sa tête. Il est vrai que le conflit entre Youssef Chahed et Hafedh Caïd Essebsi est un secret de polichinelle, mais aujourd’hui il est venu s’étaler en public et s’est soldé par le désaveu du fils biologique au profit du fils spirituel. Ceci a donné lieu à des réactions épidermiques telles que le communiqué émis tard hier soir par Nidaa Tounes. Le parti dit que le gouvernement actuel ne peut plus être considéré comme un gouvernement d’union nationale, qu’il n’a pas de leçons à recevoir et qu’il s’indigne d’une supposée campagne visant le rôle du chef de l’Etat...

De toute façon, le conflit larvé entre les deux hommes va prendre une autre mesure puisque Hafedh Caïd Essebsi et ses conseillers estiment que Youssef Chahed n’est pas à sa place. Il est fort à parier que lesdits conseillers mettront toute leur verve médiatique et leur sens aigu de la petite phrase au service d’un dénigrement continu de Youssef Chahed et de son gouvernement « qui n’a aucune réalisation à son actif » comme l’avait affirmé HCE.

 

Justement, cette affirmation du directeur exécutif de Nidaa Tounes, qui avait dressé un bilan catastrophique du gouvernement Chahed, ne semble pas perturber la quiétude des ministres et secrétaire d’Etat du parti. Mieux encore, ils se sont presque tous affichés hier soir, les bouches pleines de sourires, aux côtés de leur directeur exécutif qui les traitaient tous de nuls quelques jours auparavant. Deux ministres seulement se sont abstenus : celui des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui, dont l’allégeance va beaucoup plus au père qu’au fils, et celui des Affaires culturelles, Mohamed Zine El Abidine. Pour Youssef Chahed, le caractère, semble-t-il malléable des ministres de Nidaa Tounes et leur empressement à vouloir, plus que tout, garder leurs postes, devrait lui faciliter la tâche consistant à les gérer. En effet, Youssef Chahed doit se prémunir du pouvoir de nuisance de ses ministres tout en les amenant à exécuter le plan de réformes décidé par le gouvernement. Une gymnastique qui ne sera pas des plus simples sachant, en plus, que Hafedh Caïd Essebsi invite les ministres Nidaa Tounes à démissionner du gouvernement.

 

Dans l’optique de 2019, le chef du gouvernement, Youssef Chahed,a besoin de renforcer sa position et de démontrer que, à défaut de pouvoir sortir de la tutelle de BCE et de Rached Ghannouchi, il est capable au moins de trouver un terrain d’entente avec l’UGTT et de neutraliser Hafedh Caïd Essebsi. Dans cette optique également, l’éminent professeur de droit public, Slim Loghmani, a proposé, via une publication Facebook le 27 mai, un passage par l’ARP.

 

 

Une option risquée pour un chef de gouvernement relativement fragilisé aujourd’hui mais qui pourrait obtenir une légitimité supérieure à celle de la nomination. En conclusion, Youssef Chahed se trouve à la croisée des chemins et les prochains mouvements politiques du chef du gouvernement donneront des indications sur la direction qu’il a décidé de prendre. S’il compte se porter candidat en 2019, Youssef Chahed devra trouver le moyen de s’affranchir de toutes les pressions et les influences tout en obtenant un bilan positif qui lui servirait de rampe de lancement. Une tâche loin d’être facile dans la situation actuelle.

 

Marouen Achouri

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

lario
| 31-05-2018 15:05
YC , il ne lui reste que sauver son honneur et sa dignité, et remercier les bjebij et leur parti nida tounés qui ne l'a jamais soutenu , bien au contraire ses cowboys ont tout fait pour lui mettre les batons dans les roues , et tout au début de sa nomination comme chef du gouvernement, les barrons de son parti n'ont pas digéré cette nomination qui la trouvent déplacée et ne la mérite pas, et ils font semblant, et hypocritement, ils déclarent qu'il est de leur famille et c'est un atout de leur parti. L'avenir politique de mr chahed ne sera pas lumineux et bénéfique pour notre chére TUNISIE, et je crois qu'il laisse la gouvernance à un autre chef du gouvernement, qui sera oblgatoirement neutre, indépendant, et d'une certaine compétence pour la bonne préparation et la réussite du déroulement des élections de 2019 et continue à gérer les affaires courantes jusqu'à cette date

Kamel
| 30-05-2018 09:48
Il est regrettable que l'intervention de YC n'a porté que sur les querelles de chiffonniers et pas sur ce qu'il va entreprendre pour les tunisiens. Certes, il a parlé de 3 priorités (ce triptyque apparait ainsi pour la première fois) sans donner de précisions. je ne crois pas que vilipender X ou Y puisse être ni de son ressort en tant que chef du gouvernement) ni de sa classe!

TATA
| 29-05-2018 22:02
Je ne crois pas que YC va se retirer, non il va tenir bon! Par contre je crains qu'Ennahdha va provoquer des élections législatives anticipées tant que Nidaa Tounes est KO! La règle est très simple, Il ne faut pas laisser à l'adversaire battu et abattu le temps afin de se remettre et de se réorganiser!

DHEJ
| 29-05-2018 21:41
Mais c'est un GAMIN


Il a accepté le rôle de Premier Ministre chez les Sebsi

Zohra
| 29-05-2018 20:41
"Je ne me retirerai pas, j'irai jusqu'au bout.'?' question d'honneur.

Rabi maak

Hibou lugubre
| 29-05-2018 20:24
Bien au contraire maintenant qu'il est lâché par tout le monde c'est l'occasion inespérée pour plaire encore au peuple : il castre l'ugtt, il fait arrêter tous les corrompus de nidaa et il fait juger Ennahdha pour financement illicite. Avec ça il passe en 2019 comme une lettre à la poste

A lire aussi

Nul ne peut aujourd’hui nier l’impact des réseaux sociaux sur notre quotidien. Omniprésents dans la

17/08/2018 19:59
2

Ils sont plus de 10 mille fidèles tunisiens qui effectuent en ce mois d’août 2018 le pèlerinage de

16/08/2018 19:59
47

Ils se sont battus bec et ongles pour être élus au poste de maire. Certains sans doute à des fins

15/08/2018 19:49
31

En 2018, alors que le dinar tunisien a touché le fond, des compatriotes ont jugé plus important de

14/08/2018 19:59
36

Newsletter